Politique Française

Notre Dame de Paris. Selon un expert Canadien: « L’incendie est d’origine criminelle et préparé par des techniciens hautement qualifiés. » Selon lui les bois de chênes âgés de 800 ans ne brûlent pas facilement et s’ils brûlent ils s’éteignent aussitôt. Un autre détail : Supposons que le feu se déclenche et devient incontrôlable la température maximale que peut atteindre la charpente et la toiture de Notre Dame est de 800 degrés Celsius. Or 800 degrés ne peuvent pas faire fondre le fer qui a détruit la flèche de la Cathédrale. Celle-ci a besoin d’une température minimale de 1,538°C . Mais quel est ce phénomène qui a permis à ce que la structure de fer fonde et se plie en flammes? En analysant les photos et la couleur de la fumée jaunâtre et des flammes l’expert Canadien a conclu que le ou les criminels ont utilisé de la Thermite qui est un mélange d’aluminium métallique et d’oxyde d’un autre métal, généralement l’oxyde de fer. Sa réaction chimique génère une chaleur intense permettant d’atteindre rapidement une température de 2,204 °C. La Thermite est utilisée le plus souvent pour souder ou faire fondre de l’acier. Plusieurs portions de thermite ont été installées dans les combles de Notre Dame provoquant plusieurs foyers d’incendie qui se sont aussitôt transformés en cet enfer que le monde entier a vu en spectacle. L’expert a conclu: “On n’a pas besoin d’être Sherlock Holmes pour résoudre cette énigme et il est inutile de penser à un loup solitaire ou à un Islamiste de passage car l’affaire est beaucoup plus sophistiquée et soigneusement planifiée. » 🧐

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1222287474606378&id=100004754105210

35 réflexions au sujet de “Notre Dame de Paris. Selon un expert Canadien: « L’incendie est d’origine criminelle et préparé par des techniciens hautement qualifiés. » Selon lui les bois de chênes âgés de 800 ans ne brûlent pas facilement et s’ils brûlent ils s’éteignent aussitôt. Un autre détail : Supposons que le feu se déclenche et devient incontrôlable la température maximale que peut atteindre la charpente et la toiture de Notre Dame est de 800 degrés Celsius. Or 800 degrés ne peuvent pas faire fondre le fer qui a détruit la flèche de la Cathédrale. Celle-ci a besoin d’une température minimale de 1,538°C . Mais quel est ce phénomène qui a permis à ce que la structure de fer fonde et se plie en flammes? En analysant les photos et la couleur de la fumée jaunâtre et des flammes l’expert Canadien a conclu que le ou les criminels ont utilisé de la Thermite qui est un mélange d’aluminium métallique et d’oxyde d’un autre métal, généralement l’oxyde de fer. Sa réaction chimique génère une chaleur intense permettant d’atteindre rapidement une température de 2,204 °C. La Thermite est utilisée le plus souvent pour souder ou faire fondre de l’acier. Plusieurs portions de thermite ont été installées dans les combles de Notre Dame provoquant plusieurs foyers d’incendie qui se sont aussitôt transformés en cet enfer que le monde entier a vu en spectacle. L’expert a conclu: “On n’a pas besoin d’être Sherlock Holmes pour résoudre cette énigme et il est inutile de penser à un loup solitaire ou à un Islamiste de passage car l’affaire est beaucoup plus sophistiquée et soigneusement planifiée. » 🧐”

      1. Donc bien en bois, et non en fer comme vous l’affirmez en premier lieu. Deuxième correction: la charpente de la flèche n’était pas en chêne, et n’a pas 800 ans. C’est du pin de la restauration de Viollet le Duc, donc bien plus récent. Bref. Un beau ramassis de n’importe quoi.

        Aimé par 1 personne

      2. faux. Un bois de charpente ne peut pas s’être fossilisé. Le bois ne peut se fossiliser que s’il est entouré de minéraux et d’humidité, donc en pratique s’il est enterré, ce qui n’est pas le cas ici.

        J'aime

    1. le plomb quand il fond n’est pas jaune n’a pas de couleur jaune mais bien blanche et il est vrai que le bois même s’il y a un brulis sur l’extérieur des poutres, l’intérieur reste toujours sain, d’ailleurs on le voit sur les photos où soit disant une forte explosion apparaît, sur l’arrière plan on voit très très bien que la structure de la charpente n’est pas tombée qu’elle tient encore très bien

      J'aime

      1. c’est faux, TOUS les oxydes de plomb ont des couleurs allant du jaune au rouge et au marron, aucun n’est blanc. Le « blanc de plomb », appelé « céruse » par les peintres, est un carbonate alcalin de plomb qui ne peut pas être produit dans ce type de combustion.

        J'aime

  1. Notre Dame…

    ANALYSE TECHNIQUE DE L’INCENDIE ET CONCLUSIONS.

    En Février dernier la charpente a été traitée, (voir le reportage sur A2) contre les insectes avec un gel. Elle ne l’avait jamais été depuis plus de 800 ans. L’entreprise qui a « désinsectisé » a dû faire preuve de talent car il a fallu pulvériser à 15 m. Pulvériser du gel à 15 m de haut n’est pas à la portée de tout le monde. Suite à ce traitement le bois change de couleur et devient un peu couleur acajou.
    Le 15 avril la charpente prend feu et brûle en faisant un bruit très important pour un feu de bois situé en hauteur. Ce bruit gêne les reporters les obligeant à s’éloigner pour faire leur travail. Assez significativement le feu augmente au moment où les pompiers sont intervenus comme si l’eau activait les flammes. La charpente est en chêne ors le chêne sec ne fait pas de flamme, il rougeoie d’où l’intérêt d’un tel bois pour les cheminées car c’est un feu qui dure très longtemps : une buche de chêne peut tenir facilement un feu toute la nuit. Il m’est arrivé de faire tenir 12 heures une bonne bûche dans ma cheminée.
    Des vidéos de bonne foi (non truquées) (caméra Survey) montreront par la suite une personne sur le toit de la cathédrale s’activant avec du feu sous forme d’éclairs ou au moins de grosses lueurs très brèves et jaunes-orangées comme seront les flammes de la charpente ensuite, après le départ des ouvriers. Puis cette personne disparaît.
    L’entreprise, qui a désinsectisé a été bernée en répandant non pas un produit désinsectiseur mais un produit pyrotechnique qu’on lui a obligatoirement fourni car elle n’est pas en mesure de le produire sur le plan chimique. Le produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie.
    Depuis Février le produit sans doute associé à une colle a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis….
    Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2200 degrés pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit. Le pot thermique c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu. En fait toute la charpente était un pot thermique avec cette fausse désinsectisation. Pour avoir montré aux vidéos des éclairs ou des flammes orangées-jaunes le pot thermique initial a été allumé classiquement avec du magnésium par la personne sur le toit, la toiture est en plomb donc aucun problème de perçage. Après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un 1er temps car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions. Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1100 degrés libérant ainsi ses deux gaz : l’Hydrogène et de l’Oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas, flammes dues à l’Hydrogène et à l’Oxygène. C’est deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentant la combustion. Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est pour ça qu’il a été inventé. En produisant une chaleur de 2200 degrés ils placent au double de la valeur de sa catalyse (séparation en gaz) l’eau, dont la catalyse est à 1100 degrés, c’est pourquoi la charpente a fait comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient à faire.
    Il s’agit donc d’un attentat grandiose, soigneusement calculé et qui ne peut être l’œuvre que d’esprits pervers de la pire espèce venant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire, et sans doute tout cela est-il au profit d’intérêts commerciaux voulus par des salopards ignobles.
    Les traces du forfait sont présentes partout. Il suffit de chercher et les bouts de charbons tombés au sol sont les bienvenus pour faire des analyses…

    J'aime

    1. il y a quand même beaucoup de hassard dans cette histoire, quelques mois avant entrainement des pompiers, les statues qui sont retiré quelques jours avant ainsi que les reliques de la flèches, un gel qui a été propulsé (peu être pas du gel au final) bref ce feu n’est pas accidentel

      J'aime

  2. « Pour une grosse poutre, pour qu’elle soit coupée en deux ou atteinte à cœur, il faudrait 3-4H au moins d’un foyer très très intense… »
    Donc non, des poutres multi-séculaires ne prennent pas feu en un claquement de doigts.
    (Ici, charpente de la Cathédrale des Invalides)https://www.youtube.com/watch?v=PROyOML8bNA
    ANALYSE TECHNIQUE DE L’INCENDIE ET CONCLUSIONS.

    En Février dernier la charpente a été traitée, (voir le reportage sur A2) contre les insectes avec un gel. Elle ne l’avait jamais été depuis plus de 800 ans. L’entreprise qui a « désinsectisé » à du faire preuve de talent car il a fallu pulvériser à 15 m. Pulvériser du gel à 15 m de haut n’est pas à la portée de tout le monde. Suite à ce traitement le bois change de couleur et devient un peu couleur acajou.
    Le 15 avril la charpente prend feu et brûle en faisant un bruit très important pour un feu de bois situé en hauteur. Ce bruit gêne les reporters les obligeant à s’éloigner pour faire leur travail. Assez significativement le feu augmente au moment où les pompiers sont intervenus comme si l’eau activait les flammes. La charpente est en chêne ors le chêne sec ne fait pas de flamme, il rougeoie d’où l’intérêt d’un tel bois pour les cheminée car c’est un feu qui dure très longtemps : une buche de chêne peut tenir facilement un feu toute la nuit. Il m’est arrivé de faire tenir 12 heures une bonne bûche dans ma cheminée.
    Des vidéos de bonne foi (non truquées) (caméra Survey) montreront par la suite une personne sur le toit de la cathédrale s’activant avec du feu sous forme d’éclairs ou au moins de grosses lueurs très brèves et jaunes-orangées comme seront les flammes de la charpente ensuite, après le départ des ouvriers. Puis cette personne disparait.
    L’entreprise, qui a désinsectisé a été bernée en répandant non pas un produit désinsectiseur mais un produit pyrotechnique qu’on lui a obligatoirement fournit car elle n’est pas en mesure de le produire sur le plan chimique. Le produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie.
    Depuis Février le produit sans doute associé à une colle a séché et s’est solidifier sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis….
    Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2200 degrés pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit. Le pot thermique c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu. En fait toute la charpente était un pot thermique avec cette fausse désinsectisation. Pour avoir montré aux vidéos des éclairs ou des flammes orangées-jaunes le pot thermique initial a été allumé classiquement avec du magnésium par la personne sur le toit, la toiture est en plomb donc aucun problème de perçage. Après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un 1er temps car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions. Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1100 degrés libérant ainsi ses deux gaz : l’Hydrogène et de l’Oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas, flammes dues à l’Hydrogène et à l’Oxygène. C’est deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentant la combustion. Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est pour ça qu’il a été inventé. En produisant une chaleur de 2200 degrés ils placent au double de la valeur de sa catalyse (séparation en gaz) l’eau, dont la catalyse est à 1100 degrés, c’est pourquoi la charpente a fait comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient à faire.
    Il s’agit donc d’un attentat grandiose, soigneusement calculé et qui ne peut être l’œuvre que d’esprits pervers de la pire espèce venant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire, et sans doute tout cela est-il au profit d’intérêts commerciaux voulus par des salopards ignobles.
    Le traces du forfait sont présents partout. Il suffit de chercher et les bouts de charbons tombés au sol sont les bienvenus pour faire des analyses.

    J'aime

  3. Je suis tout à fait d’accord avec cette approche et parlons également des 11 églises qui ont également brûlé ou connu des incendies cette année tout cela semble un complot fort bien organisé et très préoccupant. Nier ou cacher la vérité c’est considérer les Français pour des imbéciles

    Aimé par 1 personne

  4. c’est évident, la démonstration de cet expert canadien est la bonne, ça a été préparé minutieusement, même un pompier a dit que c’était la thermite qui provoquait cette fumée jaune, seulement en France on n’a plus de droit de s’exprimer!!

    J'aime

      1. Que la flèche soit en bois c’est pire dans ces conditions… N’importe quel expert en recherche de causes incendie vous confirmera que des poutres en chêne ne peuvent s’embraser de la sorte.
        Un expert…

        J'aime

  5. Bonjour les auto proclamés expert
    Le fer perd ses qualités mécaniques bien avant mille degrés celcius
    Du fer non allié a déjà perdu plus de la moitié de sa résistance à 700 °…

    J'aime

  6. Je pense que vous devez tous vous poser les questions suivantes:
    à quelle heure est la première alarme incendie?…..Qui est intervenue?..Serait-il possible d’avoir l’historique de la centrale incendie?( alarme, dérangement, réarmement mais uniquement ce jour là..) ….Pour moi le début de la réponse est là…

    J'aime

  7. Moi j’aimerais bien savoir pour quelle raison farfelue quiconque aurait eu l’idée de faire traiter du chêne contre les insectes… C’est un bois classe 3 dont seul l’aubier peut être attaqué par des insectes de bois sec, et un bois classe 4 dont l’imprégnation est impossible. Cette charpente était là depuis 800 ans, je doute fort qu’une armée de termites aux gencives en carbure de tungstène aient mis en péril cette charpente fabuleuse. Si un traitement a réellement été appliqué, il est certain que c’est plus que louche. Seul le chêne exposé aux intempéries permanentes se traite.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s