Carpette médiatique Française, Islam en Europe, Politique étrangère

Harcelé par les agents d’influence de l’Occident, Bucarest lorgne vers Visegrád – Par Modeste Schwartz.

Dans son discours d’ouverture de la Réunion Annuelle de la Diplomatie Roumaine (tenu mardi, le 29 août dernier), Călin P. Tăriceanu, président du Sénat roumain, perçu politiquement comme le N° 2 de la coalition au pouvoir (après L. Dragnea, président du Parti Social-Démocrate majoritaire), devant le gouvernement roumain, le corps diplomatique présent à Bucarest (ambassadeurs, chefs de missions consulaires et d’instituts culturels) et plusieurs invités spéciaux (dont le MAE hongrois) a déclaré :

« Mesdames et Messieurs,

La plus commune des convictions en circulation dans la pratique des relations internationales est celle selon laquelle la politique externe d’un Etat serait une projection de sa puissance, de sa force économique et militaire. Plus une nation est développée et armée, plus grande serait son influence en politique internationale.

(…)

Nous devons reconnaître que notre pays ne sera jamais en état de projeter en politique internationale une puissance économique et militaire massive – ce qui ne veut pas dire que la Roumanie devrait se résigner à une condition d’acteur de seconds rôles, dont le profil international serait exclusivement défini par son statut de membre de l’Union européenne et de l’OTAN.

Pour nous autres, roumains, le centenaire de notre unité pourrait être non seulement l’occasion de célébrations festives, mais aussi une source d’inspiration pour l’avenir, y compris dans le domaine de la politique étrangère. Il y a un siècle, la Roumanie était une puissance terrassée, dont une paix séparée avait amputé le territoire. (…) Et malgré tout, un an plus tard naissait la Grande Roumanie, qui avait vocation de devenir une puissance régionale et un acteur majeur dans le concert de la Société des Nations. Ce saut historique, cette apparition de la Roumanie au premier plan de la scène mondiale n’a pas été une projection de la puissance militaire et économique de l’Etat roumain, mais le résultat d’un projet de la société roumaine, mis en œuvre avec l’aide d’un principe politique formulé par un président américain.

Le lieu où se sont rencontrés notre projet d’unification et le principe wilsonien de l’autodétermination des peuples, pour ensemble mettre au monde la Grande Roumanie, a pour nom : démocratie.

(…)

La puissance d’une nation, son influence dans les relations internationales ne se mesure par uniquement en termes économiques et militaires. C’est une question qui ne se résume pas à la stratégie et à la géopolitique. Le poids d’une nation peut aussi venir d’un projet qu’elle incarne et d’une conduite guidée par des principes.

(…)

… le projet de la souveraineté de l’Etat-nation roumain pourrait avoir le don de tirer la politique étrangère de la Roumanie de l’anonymat et de l’invisibilité. Ne nous faisons pas d’illusions : la simple condition d’alliés loyaux, disciplinés et silencieux ne nous assurera aucune reconnaissance. Elle nous offre, peut-être, une sécurité dont notre pays n’a pas souvent joui par le passé. Une sécurité qui, pour peu qu’on prenne en compte l’imprédictibilité qui semble actuellement caractériser le processus décisionnel dans la politique externe des plus puissants de nos alliés, n’est pas garantie pour l’éternité. Aucune des constellations sécuritaires qui ont brillé sur notre territoire national – pax romana, pax ottomanica, pax sovietica – n’a duré éternellement.

Cela veut dire que la puissance que nous devrions projeter par notre politique étrangère, étant donné qu’elle ne peut pas se résumer à celle des armes et de la fidélité à des alliances et à des partenariats stratégiques, devrait aussi être celle des convictions, du projet et des principes en vertu desquels nous menons notre vie nationale. »

(…)

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

En ma qualité de Président du Sénat, je n’hésiterai pas à collaborer étroitement avec le Ministère des Affaires Etrangères dans tous les contextes diplomatiques créés et pilotés par ce dernier, contextes qui visent à la mise en réseau adéquate de notre pays, y compris par la valorisation de partenariats stratégique bilatéraux et le raccordement à des plateformes de coopération régionale.

(…) Je pense, par exemple, à une collaboration sur des thématiques de coopération technique et à des consultations de nature politique avec le Groupe de Visegrád, moyennant notre participation au format V4+, à la consolidation du Format Bucarest B9 dans le domaine de la défense et de la sécurité, ou encore au développement de l’Initiative des Trois Mers, dans le domaine du développement durable, des communications et de l’énergie. »

 

Comparant implicitement l’Empire occidental à ses malheureux prédécesseurs, Tăriceanu ébauche une doctrine stratégique roumaine qui, avec tact et finesse, enterre – avec tous les honneurs qui lui sont dus – l’idée d’une fin de l’histoire sous la direction du grand frère unipolaire. On pourrait spéculer longtemps sur sa vision du monde et les causes que, dans son for intérieur, C. P. Tăriceanu assigne à cet épisode en cours de la vieille transitio imperiorum – son discours, en tout cas, en mentionne allusivement une, qui ne peut pas laisser son auditoire – y compris les éléments les plus rabiquement européanistes dudit auditoire – de glace : « l’imprédictibilité » (sous-entendu : de la politique étrangère des USA), devenue, dans le jargon diplomatique de 2017, un véritable euphémisme permettant d’éviter de prononcer le monosyllabe qui fâche (« Trump »).

À l’approche des festivités de commémoration du centenaire de la création de la Grande Roumanie (par annexion, en 1918, de la Transylvanie, qui avait suivi celle du Quadrilatère, entre temps restitué à la Bulgarie), Tăriceanu fait, on le voit, le choix d’en faire, plutôt que la victoire violente et égoïste d’un ethnos sur d’autres, « le triomphe d’une idée ». Compte tenu des tractations souvent assez sordides ayant mené au traité de Trianon tel qu’il a finalement été signé – tractations dont l’historiographie nous offre une image de plus en plus précise, pas toujours flatteuse pour le camp des vainqueurs de la 1ère Guerre Mondiale – cette présentation des choses pourrait facilement – notamment en Hongrie et en Bulgarie – en énerver plus d’un. Mais ce serait se contenter d’une approche bien superficielle – erreur dans laquelle la diplomatie hongroise, soyons-en sûr, n’est pas tombée, bien au contraire. En réalité, Tăriceanu, en réorientant subtilement le discours « unioniste » roumain vers le terrain des valeurs universelles (comme la démocratie ou le principe wilsonien d’auto-détermination des peuples), produit une interprétation historique certes critiquable, mais qui se trouve être en consonance idéologique parfaite avec le discours historique prononcé deux semaines plus tôt à Cluj par son homologue hongrois Laszló Kövér, lequel, avant de tendre au souverainisme roumain une main fraternelle, commençait par affirmer que

« Les véritables gagnant de l’histoire longue n’ont jamais été ceux qui disposaient des armes les plus meurtrières ou des mensonges les plus assourdissants, mais ceux dont l’identité et la foi était les plus fortes. »

– précisant encore qu’à défaut de réussir à consolider leur souveraineté, « c’est tous ensemble que les peuples de la région vont perdre leurs États, majorités et minorités [ethniques] seront, à la même enseigne, réduites au statut de ressource biologique confiscable, de masse sans identité, dite ‘de consommateurs’ »

En traitant la souveraineté nationale comme l’incarnation inévitable de la démocratie, plutôt que comme l’instrument machiavélique d’une volonté de puissance, le paléo-libéral Tăriceanu produit non seulement une version de l’histoire régionale dans laquelle les anciens libéraux, devenus conservateurs, mais toujours « civiques » (polgári) du FIDESZ peuvent aisément se reconnaître, mais dessine aussi en creux un projet d’avenir pour la région : celui d’une Europe des nations – en opposition frontale avec le projet fédéraliste ouvertement antinational (et, plus discrètement, anti-démocratique) de la ligne Merkel-Macron.

Interprétation audacieuse ? Pas tant que ça, si on tient compte de la mention explicite de « consultations de nature politique avec le Groupe de Visegrád » – certes habilement noyée dans une liste d’initiatives régionales plus ou moins ambitieuses et plus ou moins réaliste, mais qui n’a cependant échappé à aucun observateur attentif, suscitant même aussitôt l’habituelle levée de bouclier des médias locaux de l’atlantisme libéral.

S’agissant des raisons et causes de cette prise de position, rappelons d’abord qu’il s’agit plus exactement de la radicalisation de positions déjà avérées d’un C. P. Tăriceanu qui, en février dernier, avait qualifié le Brexit de « décision courageuse » et s’était déclaré « déçu » du traitement que l’UE réserve à la Roumanie. Il avait cependant par la suite nié l’interprétation de ses propos, imprudemment mise en circulation par la rédaction roumaine de Sputnik, selon laquelle il appellerait à un Roxit. Quoi qu’il en soit, il s’agissait de propos informels, tenus sur un plateau de télévision. A présent, Tăriceanu confirme et signe en se déclarant, devant tout le corps diplomatique et depuis la tribune du Sénat, potentiellement intéressé par une collaboration avec le groupe de Visegrád.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce durcissement n’a rien de mystérieux : en février, ses propos venaient en réaction à la tentative de maïdan alors en cours pour renverser la coalition au pouvoir, en dépit de l’énorme légitimité démocratique dont l’ont parée les élections législatives de décembre 2016. En dépit de l’échec de facto du maïdan, qui n’a jamais mobilisé au-delà de certains secteurs sociologiques très spécifiques des métropoles roumaines, et s’est relativement vite essoufflé, ses inspirateurs (au premier rang desquels on trouve le président Johannis, les ONG roumaines de la galaxie Soros et certaines ambassades occidentales) n’ont pas déposé les armes. La majorité parlementaire ayant récemment manifesté son intention de réviser les attributions d’un parquet anti-corruption dont le pouvoir exorbitant – joint à ceux de l’énormes « communauté du renseignement » roumain – met sérieusement en danger les libertés publiques, le « clan Johannis », qui domine les médias, s’est même lancé dans une contre-offensive féroce, mobilisant l’arsenal habituel d’une « lutte contre la corruption » clairement transformée en arme politique : perquisitions (infructueuses), exfiltration (parfaitement illégale) d’enregistrements supposés « compromettants » etc.. Comme en février, les ambassades occidentales, avec l’ambassadeur américain (d’origine allemande) Hans Klemm à leur tête, n’ont pas hésité un instant à piétiner leur devoir de réserve et leurs obligations de non-ingérence, pour se porter médiatiquement au secours de cette offensive des « chouchous de Bruxelles ». Notons néanmoins que cette fois-ci, Tăriceanu n’est plus le seul à refuser de tendre l’autre joue : faisant écho aux propos du jeune député PSD L. Pleșoianu, qui a appelé à l’expulsion de Hans Klemm, le président du PSD, L. Dragnea – qui en février semblait plutôt chercher la conciliation ou le pourrissement – a lui aussi récemment durci le ton. L’officialisation des tendances pro-Visegrád de C. P. Tăriceanu pourrait donc refléter, au-delà des convictions personnelles (et probablement sincères) de ce dernier, un tournant concerté de la politique étrangère roumaine.

Article paru sur le site VPost.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s