Immigration et Santé, Islam en Europe, Police et Justice Française, Politique Française

Interpellé pour s’être opposé à l’immigration clandestine, le septuagénaire finit sa garde-à-vue à l’hôpital.

Interpellé pour s’être opposé à l’immigration clandestine, Richard Roudier finit sa garde-à-vue à l’hôpital, grâce au comportement indigne d’un gradé policier.

Un pandore, un gradé policier a commis des violences envers un résistant contre l’invasion des clandestins dit, « migrants ».
Ce policier a outrepassé ses devoirs pour s’en prendre physiquement à un homme de 70 ans en lui refusant ses médicaments, en l’empêchant de manger, et le blessant violemment au point où il a dû subir une opération chirurgicale.
Cet homme ce policier indigne, ce pitoyable représentant de l’ordre, devrait être sanctionné sévèrement.
Souvenons-nous de ce policier Sébastien Jallamion, qui fût virer de la police pour avoir simplement exprimé sa liberté d’expression sous pseudo. Dénoncé par une collègue maghrébine. Celle-ci prit du galon pour ce « fait d’arme » !

Qu’en sera-t-il pour un policier qui nous rappelle « les heures les plus sombres ». Honte à lui. Honte à sa hiérarchie qui sanctionne en fonction de l’idéologie.
Gerard Brazon (Sur VK)

Voir la vidéo ici: https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FLigueDuMidi%2Fvideos%2F1561731770534680%2F&show_text=0&width=560

BREIZATAO – POLITIKEREZH (26/07/2017) Le militant de la Ligue du Midi Richard Roudier, 70 ans, a été du être évacué à l’hôpital après une garde-à-vue particulièrement violente.

Ce cadre de l’organisation anti-immigration clandestine avait été interpellé pour avoir protesté contre des activistes agissant au profit des clandestins (voir vidéo ci-dessus).

Il a raconté sur Facebook (voir ici) le déroulé des faits :

Rentré au commissariat pour l’affaire du local des migrants, pour une audition libre, je me suis retrouvé en GAV pour la nuit au milieu des zombies et de la crasse. Le lendemain, au moment où devant le procureur l’affaire se dégonfle et où l’un des griefs est abandonné, l’officier de police chef du dépôt entreprend de mesures vexatoires et discriminatoires à mon égard : refus de médicaments, détournement de nourriture, refus de me laisser uriner. Devant mes protestations il referme la lourde porte barreaudée d’acier sur mes doigts coincés dans le chambranle et me laisse pendant 10 minutes dans une mare de sang et refuse d’appeler les pompiers malgré les hurlements d’Olivier. De nombreux policiers indignés arrivent et je suis brancardé par les pompiers. La juge des libertés qui devait me recevoir descend avec son staff dans la rue, m’entend dans le fourgon des pompiers et me signe ma liberté. Malgré la souffrance je n’ai jamais perdu connaissance. J’ai frôlé l’amputation du majeur. Heureusement après 1 heure d’opération je conserverai mon doigt et vous savez où je vais leur mettre !

Ce genre de traitement brutal n’affecte naturellement jamais les activistes pro-migrants contre lesquels entendait protester Richard Roudier et ses camarades.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s